J’En Suis, J’Y Reste - Centre LGBTQIF de Lille Nord - Pas de Calais

Accueil > Le centre > La newsletter > Les newsletters publiées > Newsletters publiées en 2012 > Newsletter - 5 avril 2012

Newsletter - 5 avril 2012

vendredi 13 avril 2012, par J’En Suis, J’Y Reste

Newsletter du 5 avril 2012

Bonjour,

La Sixième Quinzaine du centre J'En Suis, J'Y Reste a commencé le 30 mars et dure jusqu'au 16 avril 2012.

Ce jeudi soir :

- à Lille : Vernissage de l'exposition Mauvaises images 2011, à 20h lors du Bar du centre, au 19 rue de Condé à Lille ;
- à Arras, le groupe d'Arras se réunit au piano-bar l'Ambassade, sur la Grand-Place à Arras, de 19h à 21h.

Télécharger le programme complet, voir également ci-dessous.

Le J'En Suis, J'Y Reste


Programme

Sauf mention contraire, tous les événements ont lieu au J’en Suis, J’Y Reste - Centre LGBTQIF de Lille Nord-Pas de Calais, 19 rue de Condé à Lille.

Chaque rendez-vous s'ouvre généralement avec un temps d'accueil (café, thé, petits gâteaux...).

Toutes les activités proposées sont gratuites ou à prix libre.



Jeudi 5 avril 2012

Groupe d’Arras

19h - 21h

Rencontre mensuelle du Groupe d’Arras au piano-bar l’Ambassade, 18 Grand-Place à Arras.

arras@jensuisjyreste.org


Le Bar du Centre

18h - 22h30

Bar associatif

19 rue de Condé à Lille

20h : Vernissage de l'exposition : Mauvaises images 2011 !

YomkY vous propose une exposition photo sur les Mauvais images 2011. Arnaud, Cha, Clara, Emma, Hoder, Joanna, Laurent, Mamy, Pascale, Philippe, Steph, Yomky et Yvonne, ont participé au projet photo : Mauvaises images 2011. Ces images ont été accrochées sur des panneaux publicitaires lors du parcours de la marche des fiertés en 2011. C’est une exposition qui relate l’expérience et l’histoire de cette aventure. Tenue incorrecte exigée lors du vernissage ! Mon dieu, c’est affreux !

________________________________________________________________________________

Vendredi 6 avril 2012

Soirée conviviale non-mixte

Lesbiennes-gouines-femmes-filles-bies/cisgenres et transgenres

à partir de 20h

Karaoké

soirees.conviviales@gmail.com

________________________________________________________________________________

Samedi 7 avril 2012

Promenade sur les traces des lieux homosexuels et/ou féministes du passé à Lille

(quartiers Centre, Wazemmes, Moulins)

Départ à 16h de la Grand-Place (Place du Général de Gaulle) à Lille.

Arrivée au J'En Suis, J'Y Reste.


Soirée cocktail des Flamands Roses

à partir de 21h

Permanence de santé sexuelle avec offre de dépistage rapide du VIH, par l'association AIDES,

de 21h à Minuit.

_______________________________________________________________________________

Dimanche 8 avril 2012

Brunch

à partir de midi

Venez bruncher au J’En Suis, J’Y Reste. Auberge espagnole et/ou prix libre.

Avec la participation du Collectif Garcenic et vieilles dentelles

pour la fête à noeufs-noeufs, vers 16h.


Tata Bigoudi

Tata Bigoudi, l’émission qui défrise l'hétérocratie, en direct sur Radio Campus Lille 106,6 FM ou http://www.campuslille.com chaque dimanche de 21h à 22h par Les Flamands Roses.

________________________________________________________________________________

Lundi 9 avril 2012

Atelier créatif

à 19h

par le groupe des individuelLEs

ATELIERS MIXTES « TRICOTS MILITANTS »

Nous vous proposons de réaliser vous-mêmes vos t-shirts militants et les banderoles… pour les manifestations à venir…

Nous vous apprendrons à coudre à la main, à la machine, à tricoter, à travailler avec la technique du point de croix, les paillettes, la peinture sur tissu, le crochet…

Venez avec vos slogans !

Dans la lignée de certains mouvements artistiques et activistes, nous revendiquons cette pratique populaire comme un moyen d’_expression_, de revendication et de réflexion , notamment sur certaines pratiques quotidiennes qui sont trop souvent hiérarchisées et genrées.

_______________________________________________________________________________

Mercredi 11 avril 2012

Les Flamands Roses

Accueil de 19h30 à 20h puis assemblée générale de 20h à 23h.

lesflamandsroses@yahoo.fr

________________________________________________________________________________

Jeudi 12 avril 2012

Le Bar du Centre

18h - 22h30

Bar associatif

18h : Hommage à Geneviève Pastre, par Les Flamands Roses. Figure lesbienne féministe, écrivaine, poétesse, militante, Geneviève Pastre est décédée en février dernier. Les Flamands Roses l'avait invitée à plusieurs reprises à Lille, à Fives (dans l'ancien Centre Culturel Libertaire, où Les Flamands Roses étaient installéEs avant de fonder le J'En Suis, J'Y Reste rue de Condé) ou à Moulins (notamment à l'occasion du festival Ô Mots). Elle s'était notamment exprimée sur Radio Campus lors de l'émission hebdomadaire des Flamands Roses. Quelques-uns de ses ouvrages se trouvent dans la bibliothèque du J'En Suis, J'Y Reste.

Blog http://genevievepastre.blogspirit.com/

________________________________________________________________________________

Vendredi 13 avril 2012

Significations, définitions et fantasmes du travail sexuel. XIXe siècle-XXIe siècle.

à 20h

Avec Tiphaine Besnard, diplômée d’un master d’histoire, qui lui a fourni les matériaux nécessaires à la rédaction de son ouvrage sur Les Prostituées à la Salpêtrière et dans le discours médical. À l’issue de quoi elle s’est consacrée au militantisme des sex workers, au sein du Strass (le Syndicat du travail sexuel, à Paris) pendant deux années. Ses recherches portent actuellement sur le rapport symbolique du grand public à la prostitution, dans le cadre d’une thèse de doctorat de sociologie.

Il s’agira pour Tiphaine Besnard de présenter ses travaux sur le discours médical et psychiatrique sur la prostitution, en nourrissant la discussion de son expérience dans le domaine militant et de ses recherches actuelles sur les conceptions contemporaines du travail sexuel en France.

"J’ai écrit ce livre à l’occasion d’un master d’histoire des mentalités, réalisé entre 2007 et 2009 à l’université de Paris 7. Pour ce faire j’ai utilisé les archives de la Préfecture de police et celles des archives de la Salpêtrière, un des principaux hôpitaux psychiatrique parisien au XIXe siècle.

Je me suis particulièrement intéressée à deux choses : 1° le discours des médecins dans les traités médicaux 2° le lien entre les institutions policière et psychiatrique.

1° les premiers révélaient, par leur abondance et leur contenu, les préjugés sociaux, culturels, historiques et moraux de leurs auteurs, càd des hommes, de classes favorisées, instruits. On y retrouvait les fantasmes et les stéréotypes sur les femmes, les classes populaires et la sexualité. Ce qui sous-tendait leur argumentation, en faveur d’une mise en garde des hommes (leurs pairs) contre les dangerosités supposées de rapports sexuels extra-conjugaux, tarifés et trans-classes sociales de surcroît, c’était le lien, censément évident, entre l’immoralité et la maladie (aussi bien mentale que physique). Dans cette perspective, les maladies vénériennes étaient utilisées comme des épouvantails pour tenir à distance les hommes des prostituées.

2° La Salpêtrière était à l’origine un lieu d’enfermement, ouvert sous Louis XIV, pour les femmes criminelles et les prostituées. Cette disposition du XVIIe siècle avait été interdite sous la Révolution. Mais, à la lecture des registres d’entrée à la Salpêtrière, il m’est apparu que la Préfecture de Police envoyait des contingents réguliers de prostituées à l’asile de la Salpêtrière, sous le prétexte qu’elles étaient aliénées, en particulier dans les années 1850-60 et 70. Bien que certains médecins aient l’honnêteté de reconnaître que ces femmes ne souffraient pas de maladies mentales, tout juste d’alcoolisme ou d’agitation, l’évidence d’une influence néfaste des pratiques prostitutionnelles sur la santé mentale était largement partagée.

Ces recherches m’ont particulièrement intéressée pour ce qu’elles révélaient de la société dans laquelle ces pratiques ont pris place. Si l’on se réfère aux écrits de Gail Pheterson, la prostitution est un prisme qui fait voir les choses à partir de préjugés et d’émotions. En effet, si l’on enlève à la sexualité (ou à la prostitution si vous préférez) les fantasmes, les idéologies, la morale, la culture, les peurs, les stéréotypes il ne reste plus rien qu’une activité physique pouvant produire du plaisir, des enfants, du lien social ou rien du tout. C’est-à-dire pas grand chose au bout du compte, et c’est précisément tout le reste qui m’intéresse.

Suivant les constats d’Elsa Dorlin, dans la Matrice de la race, il m’est apparu avec évidence l’influence durable et puissante du discours médical sur les mentalités et sur le sens commun. En effet, de nombreuses idées véhiculées par les médias, les spécialistes et les films prennent pour base, dans leurs grandes lignes, les théories des médecins du XIXe siècle. Je pense par exemple aux paradigmes médicaux sur le VIH aujourd’hui, qui ressemblent traits pour traits à ceux du XIXe siècle sur la syphilis.

L’autre grande influence, sur les significations que l’on attribue à la prostitution aujourd’hui, c’est celle de la lutte contre la traite et l’exploitation sexuelle. Le militantisme abolitionniste est né en Angleterre dans les années 1860. A l’origine, il visait à faire abolir les lois qui réglementaient le travail sexuel et que les militantes jugeaient, à juste titre, sexistes, violentes, dégradantes et discriminantes. Cette idéologie s’est diffusée en France à partir de la fin des années 1880.

Ce qui l’a fait dévier de son but originel c’est la forte médiatisation d’une affaire de proxénétisme de fillettes mineures en Belgique, qui a déclenché une avalanche de protestations, d’organisations politiques et intellectuelles et la mise en place institutionnelle de politiques anti-traite. C’est cela, et tout le discours qui l’a accompagné et qui accompagne depuis les affaires de proxénétisme, qui a fondé les réactions adaptées à l’idée de la prostitution : le dégoût, l’indignation et la pitié. Ces émotions contribuent à la justification de mesures politiques moralistes, liberticides et impérialistes, aussi bien en France qu’à l’étranger.

En étudiant les significations qu’une société attribue à un moment précis de son histoire à une activité bien précise, le travail sexuel, mon but est de comprendre les intérêts sociaux, politiques, moraux qui les sous-tendent. En résumé, ce qui m’intéresse ce n’est pas de savoir ce que c’est que la prostitution, ni si c’est bien ou mal, ma question c’est de savoir ce qu’on en pense et pourquoi." T.B.

________________________________________________________________________________

Samedi 14 avril 2012

Atelier Mauvaises images ?

à 13h

Les lesbiennes ont-elles/ils mauvais genres ? Les gays ont-ils/elles du mauvais sang ? Et les trans ont-elles/ils une mauvaise identité ? Sommes-nous de mauvaises images ?

Notre société est une société marchande, société de performance et d’apparat. Nous sommes toutes et tous confrontées à des pressions intolérables. Nos corps devraient être selon des normes absurdes de minceur, de muscles, etc... Si nous ne sommes pas dans les normes, tout nous le rappelle ! Même la communauté LGBT a le devoir de montrer patte blanche pour se visibiliser. Vu que nos images ont le devoir d’être bonnes, les autres ont le devoir d’être invisibles car elle dérangent, elles sont imparfaites, ce sont donc de mauvaises images mais sont-elles de mauvaises images ? Les médias (la publicité, le cinéma, la tv) imposent des normes et surtout une visibilité hétéronormative de la vie (même dans les media LGBT, la norme impose ses règles). Nous sommes bombardéEs d’images de corps parfaits et de réussite, il est difficile d’ignorer ces contraintes. Créons des images à partir de nous-même. Le projet prend son sens lorsque l’individuE devient acteur/actrice de son image en se la réappropriant. Proposons d’autres images de notre communauté afin de visibiliser nos corps, nos modes de vie différents des règles commerciales imposées afin de se montrer sous notre plus beau/ mauvais jour.

YomkY vous propose de participer à un atelier photo pour une action de visibilité en se réappropriant l’espace visuel de la rue lors de la prochaine marche LGBT à Lille.

Alors, t’as envie de te lancer dans cette aventure ? Si ce projet te botte, viens participer au shooting photo. Il y aura meme une fringothèque si t’as envie de d’expérimenter d’autres fringues ou de te montrer encore plus folle-butch-hors norme et glamour (ou pas) que jamais !

L’image créée sera accompagnée d’une légende avec l’adjectif “mauvais/mauvaise”. À toi de décider du titre qui accompagnera ton image.

Inscris-toi par mail chatouille59@yahoo.fr ou appelle moi au 06 68 34 77 37 (Yomky)

________________________________________________________________________________

Samedi 14 avril 2012

Repas séro-solidaire

par Les Flamands Roses

Gais, Lesbiennes, Bis, Trans, Homos, Hétéros, Séropos, Séronegs, retrouvons-nous autour d’un repas solidaire au J’En Suis, J’Y Reste. Le repas est précédé d’un temps de discussion et de lectures sur notre "santé globale" et d’actualités liées aux VIH / VHC. Parce que la convivialité nous fait du bien, tissons des liens. Prix libre.

19h : accueil

19h30 : discussion thématique Dépistages.

20h30 : repas

Nombre de convives limité. Renseignements et inscriptions autant que possible à lesflamandsroses@yahoo.fr ou au 03 20 52 28 68.

________________________________________________________________________________

Dimanche 15 avril 2012

à partir de 14h

Calamiteux !

Réaliser un projet calamiteux, t’es partantE ?

J’te propose de faire du cinéma en créant un film participatif. C’est quoi ce truc ? Et bien, c’est d’écrire l’histoire, le titre et de choisir les genres à mélanger ou pas (comédie, action, western, porno, science-fiction, super-héroine, drame, etc) dans un premier temps puis de réaliser le film dans un deuxième temps. Et tout ça en deux dimanches après-midi ! Quelques bases (qui te seront expliquées le jour J) afin de se lancer soi-même et collectivement. Cela permettra au groupe d’écrire, d’y jouer et de tourner à l’aide d’une caméra de petits films (La régle est simple : une seule prise, le film est « tourné-monté » en même temps qu’on le tourne. Enfin, cela s’achève par la projection du résultat en groupe.

Tu souhaites y participer ? Ce projet est proposé à toute la communaté LGBT, je te recommande te t’inscrire par avance mais tu peux aussi venir le jour J voir si tu peux le faire.


Inscris-toi par mail chatouille59@yahoo.fr ou appelle moi au 06 68 34 77 37 (calamity yomky)

________________________________________________________________________________

Dimanche 15 avril 2012

Rencontre des Amis des Jardins

à 18h

Les Amis des Jardins se réunissent en non-mixité gays-pédés-bis fréquentant les lieux de drague homosexuelle, pour faire le point. Cette rencontre sera suivie d’un casse-croûte et d’une sortie.

Tata Bigoudi

Émission spéciale :

la mémoire de la déportation pour motif d'homosexualité durant la seconde guerre mondiale

Tata Bigoudi, l’émission qui défrise l'hétérocratie, en direct sur Radio Campus Lille 106,6 FM ou http://www.campuslille.com chaque dimanche de 21h à 22h par Les Flamands Roses.

_______________________________________________________________________________

Lundi 16 avril 2012

Soirée de clôture

20h : Rencontre sur la solidarité internationale :

l'exemple de l'échange d'expériences entre AIDES (France) et AMC (Togo) dans la lutte contre le VIH-sida et la mobilisation des gays sur leur santé .

22h : Pot de clôture de la Sixième Quinzaine du centre




--
J'En Suis, J'Y Reste
Centre LGBTQI et Féministe de Lille Nord Pas de Calais
19, rue de Condé
59000 Lille
03 20 52 28 68
www.jensuisjyreste.org